22/01/2009

Infrarouge sur TSR

Esther Marmabachi a complètement raté sont débat

 

Esther Marmabachi a échoué dans la tenue du débat qu'elle a vainement tenté de mener ce soir 21 janvier sur TSR1.

Elle a régulièrement coupé la parole à tous les intervenants sauf à Madame Calmy Rey, qui elle ne s'est jamais gênée d'interrompre les opposants à la libre circulation. La ministre de affaires étrangères a fait preuve d'un manque total d'écoute de ses interlocuteurs. De plus, elle a menti par omission en affirmant que les deux sujets faisant partie intégrante du vote étaient liés. Premièrement en tant que membre du Conseil Fédéral et par collégialité, elle devait défendre le point de vue du CF qui était justement de présenter 2 sujets séparés. Dans ce cas précisément, elle a parlé contre l'avis du CF. La journaliste menant le débat n'a que mollement relevé ce fait sans dire clairement que Madame Calmy Rey dans ce cas manquait de collégialité. A l'époque de C. Blocher, un journaliste n'aurait pas manqué de le lui faire savoir.

Les syndicalistes n'ont jamais eu l'occasion de présenter leur argumentaire sans être coupé. Seule M. Rennwald a pu, lui, refuser de parler du cas d'un dissident Unia..

Madame Calmy Rey a clairement affirmé que l'UE ne pouvait pas accepté que la Suisse reconduise la libre circulation pour les 25 pays actuels et ne l'étende pas aux 2 nouveaux membres.

Ce problème aurait été celui de l'UE, pas le nôtre. Dans ce cas, c'est l'UE qui aurait du dénoncer les bilatérales I et appeler la Suisse à renégocier les transports terrestres par exemple. Madame Calmy Rey affirme aussi qu'en cas de non, la Suisse devrait aller quémander à l'UE une renégociation de certains accords en étant en état de faiblesse. C'est en le disant que Mme Calmy Rey met notre pays en état de faiblesse. Au contraire, en affirmant que nous n'avons pas tiré profit des bilatérales I, que seuls les pays de l'UE et ses ressortissants en sont gagnants, que les transporteurs européens polluent nos villes, mettent en danger les autres usagers de nos routes, (il suffit de regarder les rapports lors de contrôle routiers systématiques pour s'en rendre compte), que les 250'000 places de travail créées ne l'ont été que pour le bénéfice de travailleurs européens. Que pour nous il n'y a pas grand chose à négocier si ce n'est peut-être le remboursement par l'UE du milliard que la Suisse a versé au titre de la contribution à la mise à niveau des nouveaux membres de l'UE. Avec ses arguments là, on va négocier en état de force.

Pour une ministre des affaires étrangères qui devrait être aguerrie à toutes ces négociations, Madame Calmy Rey a fait preuve d'une naïveté déroutante. Espérons que si le non l'emporte, elle aura la décence de démissionner si ce n'est du CF, au moins du ministère des AE.

20:53 Publié dans Médias | Tags : calmy rey, perrin, longchamp | Lien permanent | Commentaires (1)