25/11/2011

Sarkozy/Merkel: l'"écroulement de l'Italie serait la fin de l'euro"

Le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont dit jeudi à Strasbourg au chef du gouvernement italien Mario Monti qu'un "écroulement de l'Italie amènerait inévitablement à la fin de l'euro". C'est ce qu'a indiqué vendredi le gouvernement italien au sortir d'un conseil des ministres.

Lire la suite

27/02/2009

Crise: pertes fiscales d'un milliard pour Vaud et Genève

Pascal Broulis estime que la crise financière entraînera des pertes fiscales d'un milliard de francs pour Vaud et Genève ces deux prochaines années. Les difficultés de l'UBS réduiront à elles seules les rentrées fiscales des deux cantons de quelque 300 millions, selon lui.

Le chef des finances vaudoises a précisé au "19:30" de la TSR avoir parlé de ces projections avec son homologue genevois David Hiler.

 

Le ministre président vaudois ne parle que de 2009 et 2010, il omet de préciser que 2008 sera déjà pénalisée par la forte diminution des bonus dans les banques et les assurances….

24/02/2009

Un nouveau grand projet immobilier à l'aéroport de Zurich

L'exploitant de l'aéroport de Zurich projette la construction d'un nouveau complexe immobilier à proximité des terminaux. Unique souhaite y héberger des sociétés de service.

Lire la suite

19:31 Publié dans Zurich | Tags : unique, zurich, airport, kloten, crise | Lien permanent | Commentaires (0)

05/02/2009

La crise relance la chasse à la baleine

Tuer des baleines pour sauver l’économie? L’idée peut paraître pour le moins saugrenue. C’est pourtant bien la décision prise en Islande: six fois plus de cétacés pourront être pêchés cette année. C’est-à-dire 150 rorquals communs et 100 petites baleines de Minke. Et cela, jusqu’en 2014. Avec, à la clé, l’espoir de booster les exportations (principalement vers le Japon) et de créer peut-être quelques centaines d’emplois. Bref, une thérapie de choc pour remettre à flot l’un des pays les plus touchés par la crise financière. Et tant pis pour l’espèce menacée!

Lire la suite

01/02/2009

Selon le directeur de l'OFAS, l'AI est financièrement morte

Le directeur de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) Yves Rossier met en garde contre un report trop long de la question du financement de l'AI par une hausse de la TVA. Un renflouage est urgent, faute de quoi les conséquences se feront sentir sur l'AVS.

Lire la suite

24/01/2009

Les recettes ne sont pas les mêmes

La crise financière « importée » des USA a frappé durement le système bancaire du monde entier. Les plus grandes banques du monde ont été particulièrement touchées. Elles ont annoncés des chiffres catastrophiques pour les trois premiers trimestres de 2008. On s’attend à des chiffres encore pires pour le dernier trimestre et forcément pour l’année entière.

Cette crise de l’économie virtuelle commence à frapper l’économie réelle depuis que les médias n’ont eu cesse d’apeurer le monde entier. Ceux qui ont dépensent moins, ceux qui n’ont pas ne peuvent plus emprunter. L’économie c’est avant tout la circulation de l’argent, c’est cette circulation qui fait la croissance, qui crée de l’emploi, de la richesse. Nous souffrons maintenant d’une panne des feux de signalisations. Ils sont tous bloqués au rouge. Tout s’arrête. Pour relancer la machine, il faut absolument que l’argent recommence à circuler. Il y a pour cela des recettes plus ou moins faciles à digérer. Elles dépendent de qui les applique et a qui elles sont appliquées.

Dans les pays occidentaux, pour essayer de lutter contre la crise, on demande aux gouvernements de prolonger les périodes de droits aux allocations chômage, d’anticiper les travaux d’infrastructures, d’investir dans les transports publics, de développer des moyens d’économie d’énergie, de dépenser de l’argent public bref d’augmenter la dette.

Dans le même temps les pays émergents ou pauvres sont forcés de demander l’aide du FMI, institution dirigée par des occidentaux, pour recevoir cette aide ces pays doivent accepter certaines conditions comme : revoir à la baisse les programmes sociaux, geler les salaires bref diminuer la dette publique !

Deux poids deux mesures…

23:38 Publié dans Monde | Tags : dsk, fmi, crise | Lien permanent | Commentaires (0)

18/01/2009

Est-on sur d’avoir bien compris le fonctionnement de l’économie ?

Nous venons d’assister à la pire crise financière depuis 1929 nous disent les médias, reprenant les dires d’experts.

En est-on si sûr ?

Si l’on considère les titres, actions ou obligations, comme des papiers valeurs au même titre que les billets de banque, nous avons simplement assister a une très forte plus value des billets de banque par rapport aux titres. Cela veut simplement dire que lorsque il fallait 1 million de francs pour racheter entièrement les actions de telle ou telle entreprise et qu’il n’en faut maintenant plus que 500’000, la valeur des billets de banque a doublé…Nous avons tendance à dire que la bourse a baissé, que les entreprises valent moins qu’avant.

Pourtant ces entreprises possèdent souvent les mêmes usines, machines, immeubles, capacités à produire. Ce n’est donc pas la valeur de l’entreprise qui a baissé, c’est plutôt son interprétation dans une monnaie d’échange qui a été modifiée. Cela veut dire que le détenteur d’argent liquide a vu lui sa fortune augmenter non pas en montant total, mais en pouvoir d’achat. Celui qui avait 500'000 francs à disposition ne pouvait acheter que la moitié de l’entreprise dans l’exemple ci-dessus, maintenant il peut acheter la totalité.

Très souvent la capacité bénéficiaire est restée la même, sauf peut-être pour le secteur automobile qui lui a vraiment souffert au niveau des ventes. Les entreprises de machines outils ont-elles enregistré une baisse des commandes similaire ? Pas pour l’instant. En fait, la crise financière, ne touche pour le moment que les actionnaires, les détenteurs d’obligations, la valorisation des portefeuilles, les revenus des banques et de leurs employés qui voient leurs bonus diminuer fortement. Les bonus ne servent normalement pas à vivre pour ceux qui les reçoivent mais plutôt à améliorer l’ordinaire.

Par contre, le matraquage dans les médias a finalement influencé une partie des consommateurs, pas tous, il n’y a qu’à se rendre dans les commerces durant ce mois de janvier pour se rendre compte que les chiffres d’affaires sont en train de dépasser tous les records. Seuls les dépenses « familiales » plus importantes sont quelques peu reportées. Le changement d’une auto en fait partie. Sans les premières pages continuelles dans les médias de la baisse boursière, des pertes colossales que font certains nantis, pertes uniquement comptable puisque non réalisées, nous n’aurions sans doute pas ce mouvement de retenue, de mises au chômage partiel préventif. A mon sens la crise n’est que pour les « riches » ceux qui ne vont pas modifier leur train de vie, ceux qui peuvent aisément supporter ces baisses de valorisation de leurs biens. En analysant plus finement les PIB des pays européens, on se rendra vite compte que seul le secteur financier est malade, le reste de l’économie va plutôt bien.

Si la hausse des bourses des 5 dernières années, qui a multiplié virtuellement la fortune de beaucoup, est suivie par une très forte correction qui ne fait que « reprendre » le virtuellement gagné un peu plus tôt, la crise ne concerne vraiment que les nantis.

 

23:38 Publié dans Economie | Tags : crise, médias, commerce | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2009

Avenir économique: les Suisses ont rarement été aussi pessimistes

La population suisse n'a jamais été aussi pessimiste face à l'avenir économique du pays. Un habitant sur quatre dit craindre pour son emploi en 2009, selon un sondage international dévoilé par "Le Matin dimanche " et le "SonntagsBlick".

Lire la suite

16/12/2008

ALERTE - USA: la Fed abaisse son taux directeur à un niveau jamais vu


Dette américaine

Lire la suite

20:52 Publié dans Economie | Tags : usa, fed, crise, taux, marchés, or, djii | Lien permanent | Commentaires (0)