26/11/2009

Le TF déboute un homme battu contraint de quitter la Suisse

Le Tribunal fédéral a débouté un Camerounais contraint de quitter la Suisse après son divorce avec une Suissesse. L'homme, qui s'était plaint des violences de son épouse, avait demandé de pouvoir rester en Suisse malgré la dissolution du lien conjugal.

 

Lire la suite

16/11/2009

L'ex-cadre de la RSR condamné pour pornographie dure

L'ex-cadre de la Radio Suisse Romande accusé d'avoir téléchargé des fichiers pédophiles a été reconnu coupable de pornographie dure par le Tribunal de police de Lausanne. La Cour l'a condamné à dix jours-amende avec sursis.

Lire la suite

23:14 Publié dans Médias, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

15/10/2009

Alerte enlèvement: le dispositif national est prévu début 2010

La Suisse disposera début 2010 d'un système d'alerte enlèvement. Calqué sur le modèle français, il permettra la diffusion rapide d'un message relayé par les médias nationaux, les CFF, les services routiers et les grands aéroports du pays.

Lire la suite

08/10/2009

Mitterrand: pas d'"apologie du tourisme sexuel, de la pédophilie"

Le ministre français de la Culture Frédéric Mitterrand a affirmé jeudi que son livre à l'origine d'une polémique politique, n'était "en aucun cas une apologie du tourisme sexuel" ni "une apologie de la pédophilie" et a exclu toute démission.

 

Lire la suite

06/10/2009

"Racaille" d'Annemasse: le maire de la ville va déposer plainte

L'encart publicitaire de l'UDC sur la "racaille" annemassienne aura des suites judiciaires. Le maire d'Annemasse va porter plainte pour diffamation et insultes racistes contre le parti. Christian Dupessey ne sait pas encore s'il va actionner la justice française ou suisse.

Lire la suite

25/02/2009

Publicité illégale pour UBS: la TV alémanique condamnée

Pour avoir confondu publicité et sponsoring dans sa couverture de la Coupe de l'America, la Télévision alémanique doit restituer à la Confédération 211'000 francs de recettes publicitaires versées par l'UBS. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a confirmé un verdict de l'OFCOM.

Lire la suite

21:45 Publié dans Médias | Tags : tv, ubs, alinghi, pub | Lien permanent | Commentaires (0)

05/02/2009

C'est plus la faute à Blocher

La Julie nous informe de la nouvelle ambiance qui règne au Conseil fédéral. C'est tout simplement fantastique.

Lire la suite

Les journalistes estiment avoir peu d'influence sur la politique

Les journalistes estiment n'avoir que peu d'influence sur la politique. Mais l'avis n'est pas partagé par les politiciens. Ces derniers considèrent que les médias sont essentiels à leur succès.

Lire la suite

22/01/2009

Affaire Tinner: Blocher n'a pas informé ses collègues assez vite

Le Conseil fédéral n'aurait pas dû détruire tous les documents dans l'affaire Tinner, estime la délégation des commissions de gestion. Dans son rapport, elle épingle aussi Christoph Blocher pour ne pas avoir informé le gouvernement assez vite de l'ampleur du dossier.

L'ancien chef du Département fédéral de justice et police n'a renseigné le collège qu'au coup par coup et ne lui a révélé les problèmes que tardivement, selon le rapport de la délégation, rendu public malgré l'opposition du gouvernement. Le dossier implique trois ingénieurs suisses, Friedrich Tinner et ses deux fils Urs et Marco. Ils sont soupçonnés d'avoir livré du matériel nucléaire à la Libye.

Le Conseil fédéral avait ordonné en novembre 2007 la destruction de documents en lien avec le dossier Tinner. Quand l'affaire avait éclaté au grand jour, le gouvernement avait invoqué des raisons de sécurité nationale.

Pour les besoins de son enquête, la délégation a auditionné plusieurs fois Christoph Blocher. Ce dernier lui a déclaré qu'il n'y avait "pas d'autre option" que de détruire ces documents.

Le gouvernement ne tire pas non plus son épingle du jeu. "Force est de constater qu'il avait accepté que le DFJP se limite à l'informer au cas par cas". Pour le président de la commission de gestion du National Pierre-François Veillon (UDC/VD), la gestion de ce dossier a été "catastrophique".

Etant donné les difficultés que connaît la procédure, Marco Tinner va pouvoir sortir de détention préventive, a-t-on par ailleurs appris. Le Tribunal pénal fédéral a rejeté un recours du Ministère public de la Confédération. La caution a été fixée à 100'000 francs.

Marco était le seul des trois Tinner a encore être placé en détention préventive. Son frère Urs avait été libéré en décembre dernier et son père en 2006.

C’est la faute à Blocher…On va l’entendre pour tout ce qui est arrivé en Suisse depuis 2003 !

Heureusement que la cris des subprimes est arrivée après son départ du gouvernement, sinon c’était pour lui.

On pourrait vraiment croire qu'il était seul aux commandes et que les six autres n'avaient rien à dire!

 

 

Infrarouge sur TSR

Esther Marmabachi a complètement raté sont débat

 

Esther Marmabachi a échoué dans la tenue du débat qu'elle a vainement tenté de mener ce soir 21 janvier sur TSR1.

Elle a régulièrement coupé la parole à tous les intervenants sauf à Madame Calmy Rey, qui elle ne s'est jamais gênée d'interrompre les opposants à la libre circulation. La ministre de affaires étrangères a fait preuve d'un manque total d'écoute de ses interlocuteurs. De plus, elle a menti par omission en affirmant que les deux sujets faisant partie intégrante du vote étaient liés. Premièrement en tant que membre du Conseil Fédéral et par collégialité, elle devait défendre le point de vue du CF qui était justement de présenter 2 sujets séparés. Dans ce cas précisément, elle a parlé contre l'avis du CF. La journaliste menant le débat n'a que mollement relevé ce fait sans dire clairement que Madame Calmy Rey dans ce cas manquait de collégialité. A l'époque de C. Blocher, un journaliste n'aurait pas manqué de le lui faire savoir.

Les syndicalistes n'ont jamais eu l'occasion de présenter leur argumentaire sans être coupé. Seule M. Rennwald a pu, lui, refuser de parler du cas d'un dissident Unia..

Madame Calmy Rey a clairement affirmé que l'UE ne pouvait pas accepté que la Suisse reconduise la libre circulation pour les 25 pays actuels et ne l'étende pas aux 2 nouveaux membres.

Ce problème aurait été celui de l'UE, pas le nôtre. Dans ce cas, c'est l'UE qui aurait du dénoncer les bilatérales I et appeler la Suisse à renégocier les transports terrestres par exemple. Madame Calmy Rey affirme aussi qu'en cas de non, la Suisse devrait aller quémander à l'UE une renégociation de certains accords en étant en état de faiblesse. C'est en le disant que Mme Calmy Rey met notre pays en état de faiblesse. Au contraire, en affirmant que nous n'avons pas tiré profit des bilatérales I, que seuls les pays de l'UE et ses ressortissants en sont gagnants, que les transporteurs européens polluent nos villes, mettent en danger les autres usagers de nos routes, (il suffit de regarder les rapports lors de contrôle routiers systématiques pour s'en rendre compte), que les 250'000 places de travail créées ne l'ont été que pour le bénéfice de travailleurs européens. Que pour nous il n'y a pas grand chose à négocier si ce n'est peut-être le remboursement par l'UE du milliard que la Suisse a versé au titre de la contribution à la mise à niveau des nouveaux membres de l'UE. Avec ses arguments là, on va négocier en état de force.

Pour une ministre des affaires étrangères qui devrait être aguerrie à toutes ces négociations, Madame Calmy Rey a fait preuve d'une naïveté déroutante. Espérons que si le non l'emporte, elle aura la décence de démissionner si ce n'est du CF, au moins du ministère des AE.

20:53 Publié dans Médias | Tags : calmy rey, perrin, longchamp | Lien permanent | Commentaires (1)