05/10/2010

Le tribunal de Paris juge l'ancien trader Jérôme Kerviel coupable

L'ancien trader de la Société Générale Jérôme Kerviel, poursuivi pour une perte record de près de cinq milliards d'euros début 2008, a été condamné mardi à cinq ans de prison, dont trois ferme. Il devra également payer la somme qu'il a perdue en dommages et intérêts à la banque française.


Son avocat a annoncé qu'il faisait appel de cette condamnation. Le président de la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris, Dominique Pauthe, l'a déclaré coupable des trois chefs d'inculpation retenus contre lui: abus de confiance, faux et usage de faux, et introduction frauduleuse de données dans un système informatique.

L'ancien trader a "outrepassé le cadre de son mandat en prenant des positions spéculatives à l'insu de la banque, et dans des proportions gigantesques", a jugé le tribunal après plus de trois mois de délibéré.

L'accusation avait requis cinq ans de prison dont quatre ferme à l'encontre du jeune homme de 33 ans, devenu un symbole des dérives de la finance mondiale.

Jérôme Kerviel a également été condamné à verser à la Société Générale les 4,9 milliards d'euros (6,5 milliards de francs) de dommages et intérêts que la banque réclamait pour la perte subie début 2008.

Durant le procès, Jérôme Kerviel n'avait pas dévié de sa ligne de défense: il a admis avoir perdu le sens des réalités, mais il a répété que sa hiérarchie l'avait laissé faire, voire encouragé à prendre des risques, dès lors qu'il gagnait de l'argent.

 

Quel jugement !!! Qui voudrait croire que Jérôme Kerviel a agi sans l'accord tacite de sa hiérarchie ? Ceux qui évidemment sont en charge de la régulation et de la surveillance des marchés boursiers en France. En effet, tout autre jugement que celui rendu par ce tribunal équivaudrait à reconnaître la faillite du système de contrôle des marchés financiers français. Cette brèche ouvrirait tant de portes aux particuliers qui pourraient ainsi réclamer, probablement à juste titre, des dommages et intérêts à l'organisme français en charge de la surveillance des marchés. Profitant ce cette « aubaine de situation juridique», la direction de la Société Générale a su se dédouaner et éviter des sanctions à l'encontre de la banque...

Jérôme Kerviel est 2 fois victime. Il est condamné pour avoir trop travaillé (mal il est vrai) ainsi que pour avoir mi en évidence, sans pouvoir convaincre ses juges,  les carences des institutions françaises.

 

Commentaires

Il vaut mieux être banquier suisse que trader français...

Écrit par : anaxagore | 12/10/2010

Les commentaires sont fermés.