03/05/2010

Télévision/radio: SRG SSR change de logo - "idée suisse" disparaît

Conséquence du rapprochement entre radio et télévision, la société SRG SSR va adapter son logo, qui ne comportera plus la partie "idée suisse". Une démarche devisée à deux millions de francs. L'entreprise a confirmé cette information du "SonntagsBlick".


Dans un communiqué, SSR SRG idée suisse indique que les deux millions de francs que doit coûter la création de ce nouveau logo seront financés par les 30 millions d'économies déjà décidées, économies qui seront réalisées notamment dans les domaines de l'immobilier et de la technologie.

La SSR a bouclé l'exercice 2009 sur une nouvelle perte, de 46,7 millions de francs. Pour l'exercice en cours, elle prévoit un déficit de 75 millions de francs.

Pour le téléspectateur et l'auditeur, les nouveaux symboles seront à peine perceptibles. Ils n'auront aucun influence sur les noms des différents émetteurs, comme TSR ou RSR, indique le communiqué.

Selon le "SonntagsBlick", le nouveau logo doit être un rectangle rouge. SRG SSR y sera inscrit en gros caractères blancs. Actuellement, les lettres "SRG SSR" sont noires et posées sur un fond blanc.

Les mots "idée Suisse" ne disparaîtront que pour l'extérieur. L'entreprise les gardera comme "ajout à la marque", a indiqué le porte-parole de la SRG.

Quelle foutaise, voilà une entreprise publique, déficitaire, qui pour être sûre qu’on la reconnaisse, change de logo…….Le contribuable n’a pas le choix de sa TV/Radio, il doit juste payer. Soit pour voir des émissions diffusées, et visibles gratuitement par le téléspectateur romand, sur un autre service public (toute une histoire) par exemple. Devoir écouter des chroniqueurs de gauche à longueur de journées sur la RSR. En plus de cela, le contribuable doit encore payer pour un Logo dont il se fout (en tout cas moi) complètement.

De plus, on nous informe que les changements seront « imperceptibles » Pourquoi faire ce changement alors ????????

Encore plus fort, on prétend que la facture de deux millions est « financée » par la diminution du déficit. Un déficit plus petit n’est pas encore un bénéfice permettant de financer des dépenses ! Le déficit reste et devra être payé par le contribuable

Les commentaires sont fermés.