16/10/2009

L'Italie renforce les contrôles aux frontières suisses

Les autorités italiennes vont renforcer la chasse aux fraudeurs fiscaux. Jusqu'à présent, seule la frontière de Ponte Chiasso était équipée d'un dispositif de surveillance par caméras infrarouges. L'installation sera désormais étendue à tous les postes frontières.


Par ce biais, les autorités italiennes veulent mieux surveiller les transports illégaux d'argent entre la Suisse et l'Italie. La brigade fiscale a contrôlé 264 personnes depuis le début de l'année. Ces dernières détenaient plus de 180 millions d'euros à l'étranger, majoritairement en Suisse.

L'intensification des contrôles intervient alors que l'amnistie fiscale mise en place par le gouvernement Berlusconi arrive bientôt à son terme. Cette dernière, très avantageuse, permet aux fraudeurs de rapatrier leur patrimoine en Italie avec une pénalité minime.

L'installation de ces caméras infrarouges aux postes frontières est néanmoins fortement critiquée. Le dispositif enregistre en effet les numéros d'immatriculation de tous les italiens qui franchissent la frontière, y compris ceux qui voyagent simplement en Suisse.

Un ordinateur centralise toutes les données et permet de vérifier si les personnes contrôlées sont coupables d'un quelconque délit financier. Pour ne pas violer la loi sur la protection de la vie privée, les données sont automatiquement effacées après 15 jours, précise la police financière.

 

L’Italie a-t-elle signé les accords de Schengen-Dublin ? Si oui, comment se fait-il que ce pays pourrait faire des contrôles systématiques à la frontière Italo-suisse alors que cela nous est interdit ? Que disent les pro européens à ce sujet ? Pourquoi nous avoir fait ratifier un accord qui ne devrait être respecté que par nos douanes alors que les gabelous italiens en seraient dispensés ?

Une fois de plus un accord avec l’UE est à sens unique……

Les commentaires sont fermés.