09/08/2009

Affaire Vasella: le patron de Novartis ne souhaite pas dialoguer

Le patron de Novartis Daniel Vasella refuse de discuter avec les militants de l'organisation de protection des animaux SHAC. Au vu de leur manière d'agir destructrice, il n'y aura pas de dialogue, a-t-il signalé dans une interview au "SonntagsBlick".


Les extrémistes de l'organisation britannique SHAC ont incendié le chalet tyrolien de Daniel Vasella et ont profané les tombes de sa mère et de sa soeur à Coire. Mais les attaques contre des collaborateurs de Novartis existent depuis des années, rappelle-t-il.

Le Grison s'estime délaissé par les autorités: "La question est toujours de savoir jusqu'à quel point une menace doit devenir grave avant d'être prise au sérieux. La tentation est grande d'en faire une bagatelle, de la lénifier ou de faire preuve de compréhension". Daniel Vasella qualifie les militants du SHAC de "terroristes" et non de "criminels" comme le font les autorités.

Daniel Vasella rappelle que Novartis ne travaille plus depuis longtemps avec l'entreprise britannique controversée Huntingdon Life Sciences. Mais il admet qu'on ne peut se passer des expérimentations animales. Celles-ci doivent toutefois satisfaire à des standards très élevés: "Toute souffrance inutile d'animaux doit être interdite".

Aucun nouvel élément n'a surgi dans l'enquête sur les profanations au cimetière de Coire. L'urne funéraire de la mère de Daniel Vasella, déterrée et emportée, n'a pas réapparu. L'enquête sur l'incendie du chalet de vacances piétine également, déclare le chef de la police criminelle.

 

Daniel Vasella a totalement raison. Il ne sert à rien de discuter avec les membres d’une association dont le terrorisme est l’arme. Vouloir soi-disant préserver la dignité des animaux alors que l’on est incapable de respecter la paix des morts est la démonstration éclatante de la façon de penser de ce groupe extrémiste. La seule place des membres de cette association est la prison !

Commentaires

Vous me semblez extrémiste aussi!
Ce n'est pas parce qu'un groupuscule commet des actes répréhensibles qu'il faille décréter que l'association en soi est terroriste. C'est facile pour D. Vasella de trouver cet argument pour ne pas dialoguer. Il se retranche ainsi pour ne pas aborder un sujet très sensible dont il ne sortirait paa indemne.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10/08/2009

@Marie-France de Meuron,
Bonjour,
Merci pour votre commentaire. Soit cette association condamne les attentats dont a été victime D. Vasella soit elle les assume! Il est trop facile d'agir de la sorte. Si cette association est représentative, qu'elle crée des listes électorales, qu'elle ait des élus. A ce moment, je suis persuadé que D. Vasella sera prêt à discuter avec ce groupe. Pour l'instant les membres de ce groupe ne représentent qu'eux-mêmes et ne mérite aucune attention.

Écrit par : salegueule | 10/08/2009

Les commentaires sont fermés.