09/07/2009

Grippe A/H1N1: la Suisse veut 13 millions de doses de vaccins

S'attendant à une forte poussée de grippe A/H1N1, la Suisse veut acheter 13 millions de doses de vaccins. "Tout le monde pourra ainsi théoriquement se faire vacciner", a relevé le directeur de l'Office fédéral de la santé publique.


Deux contrats ont été passés à cette fin, avec GlaxoSmithKline et Novartis. Le contrat n'est pas encore signé avec le groupe bâlois, mais le directeur de l'Office fédéral de la santé public a précisé que les derniers détails sont réglés.

Les vaccins, encore en cours de production, devraient pouvoir être livrés dans le courant de l'automne. La facture pour les 13 millions de doses prévues est devisée à 84 millions. La commande a été passée sur mandat du Conseil fédéral.

 

La France va acheter 100 millions de doses de vaccin contre la grippe A (H1N1) pour 700 millions d'euros auprès de quatre laboratoires, écrit jeudi Le Parisien.

La lutte contre une éventuelle pandémie de grippe « A  H1N1 » prend des mesures de plus en plus étranges. Tant la Suisse que la France commandent un nombre de doses qui dépasse de loin les besoins « naturels » de ces pays respectifs. Alors que les experts s’accordent à dire que si la moitié d’une population est vaccinée, la contagion est contenue, pourquoi ces deux pays ont-ils passés de telles commandes ? Pour quelle(s) raison(s) les ministres en charge de la santé publique ont-ils conclu qu’il fallait autant de vaccins ? Ces derniers seraient-ils moins efficaces qu’annoncé ? Aurions nous beaucoup plus d’habitants qu’officiellement comptabilisés ? Ne s’agit-il là que d’une façon de subventionner des entreprises déjà fort rentables ? Espérons que les personnes compétentes poseront ces questions et obtiendront les bonnes réponses………

N’oublions pas de féliciter les personnes chargées de négocier le prix de la dose qui est visiblement bien meilleur marché en Suisse qu’en France…Pourquoi ?

Commentaires

Merci de prendre la peine de soulever ce sujet qui révèle bien des questionnements. Il est étrange que nos dirigeants s'appuient sur une solution aussi simpliste que coûteuse pour affronter un virus alors que notre système immunitaire présente une complexité bien plus élaborée.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10/07/2009

Les commentaires sont fermés.