06/07/2009

Impôts: vertigineuses différences d'un canton à l'autre

Les disparités fiscales entre les cantons ne sont pas près de s'atténuer. Une brochure sur la charge pesant sur les contribuables au gré des différents chefs-lieux cantonaux montre des variations vertigineuses.


En 2008, une personne célibataire domiciliée à Neuchâtel et gagnant 60'000 francs a ainsi dû verser 8563 francs au titre des impôts cantonaux, communaux et paroissiaux. Son pendant habitant à Zoug n'a quant à lui déboursé que 3341 francs, selon la brochure publiée par l'Administration fédérale des contributions.

A Zurich, le même contribuable aurait dû s'acquitter d'une facture de 4916 francs. La note aurait atteint 6513 francs à Sion, 6968 francs à Genève, 7248 francs à Fribourg, 7954 francs à Lausanne et 8011 francs à Delémont.

Le tableau diffère d'après les situations familiales. Avec également un revenu de 60'000 francs, une personne mariée ayant deux enfants n'a payé que 25 francs d'impôts cantonaux, communaux et paroissiaux à Genève l'an dernier. A Bâle, le fisc lui a réclamé 162 francs. A l'autre bout de l'échelle, ce même type de contribuable a versé 2935 francs à Delémont, 2510 francs à Fribourg, 2424 francs à Neuchâtel, 2400 francs à Sion, 1186 francs à Lausanne.

La brochure "Charge fiscale en Suisse: chefs-lieux des cantons" présente de multiples comparaisons de ce type. Elle peut être commandée auprès de l'Office fédéral de la statistique à Neuchâtel.

Pour que ces chiffres représentent un peu plus que des données brutes, il serait intéressant de mettre en face des montants des impôts la valorisation des services que reçoivent en contrepartie les contribuables…

Commentaires

Genève et Neuchâtel (en proportion) sont les Cantons où il y a une pléthore de fonctionnaires et une politique sociale développée qui alourdissent la facture de l'Etat. Alléger et surtout rendre l'Etat plus efficace aiderait à diminuer les impôts à Neuchâtel qui souffre en plus d'un manque de personnes physiques riches qui ne s'installent pas et de plus les contribuables des classes moyennes fuient le canton pour aller sur Vaud, Berne et Fribourg. Neuchâtel n'a pas la masse critique de contribuables pour s'en sortir, cela fait des années qu'un allégement fiscal est réclamé mais rien n'y fait alors comment attirer des personnes qualifiés et créatives quand vous avez les impôts les plus chers après le Jura de Suisse romande. Genève est plus peuplée et pour l'instant garde les paquets fiscaux pour les riches mais là aussi la pénurie des logements a fait émigrer des classes moyennes supérieures vers la France et Vaud. Aujourd'hui, la crise amène d'autre éléments comme des rentrées fiscales moins importantes dues à de grosses pertes dans le secteur bancaire - l'affaire Madoff a coûté 8 à 10 milliards à la place financière genevoise. Genève devra aussi se délester si elle veut garder sa politique sociale et fiscale sans augmentation d'impôts.

Écrit par : demain | 07/07/2009

@Demain,
Bonjour, merci pour votre commentaire.
Votre analyse est pertinente. Il y manque seulement (pour Genève en tous cas) le fait que l'Etat est très généreux pour la caisse de retraites des fonctionnaires.
Ce fait ne fait que plomber un peu plus les finances cantonales. De plus, la péréquation inter cantonale ne favorise pas les contribuables genevois. A ce sujet, il est étonnant que les cantons de Suisse centrale ont les taux d'impositions parmi les plus bas et sont en plus "receveurs" net de la péréquation. Je pense que les contribuables des cantons à forts taux d'impôts ne devraient pas, en plus, supporter financièrement les contribuables de cantons à taux d'impôts plus faibles!

Écrit par : salegueule | 07/07/2009

Vaud devrait verser près de 18 millions de francs l'an prochain, après en avoir touché 25 millions en 2009.

Parmi les cantons "à fort potentiel" (ZH,SZ,NW,ZG,BS,BL,VD,GE), seuls Nidwald, Bâle-Campagne et Genève débourseraient moins. Le canton du bout du lac devrait ainsi voire sa facture finale baisser de 1,5 million, à 219 millions.

Fribourg et le Valais obtiendraient quant à eux des sommes nettement plus importantes: le premier devrait toucher près de 440 millions (+40 millions par rapport à 2009), le second près de 486 millions (+33 millions).

Le Jura recevrait près de 22 millions de plus pour un total de 133 millions. Il s'agit de corriger une erreur de saisie concernant l'année de calcul 2005 ayant entraîné un manque à gagner de 6,4 millions. Quant à Neuchâtel, il aurait 8,5 millions supplémentaires pour un pactole de 143 millions.

Écrit par : demain | 07/07/2009

bonjour concrètement comment fait on pour de faire délocaliser a zoug ?
je veux dire pour un salarié ?

Écrit par : jean marc | 29/11/2009

Les commentaires sont fermés.