24/06/2009

Un milliard pour l'assainissement de la caisse de pension des CFF

La Confédération devrait verser 1,148 milliard de francs à la caisse de pension des CFF. Le Conseil fédéral a demandé au Département des finances de préparer un message au Parlement en ce sens. L'ex-régie réclame, elle, la couverture intégrale du trou de 3,2 milliards.


Le Conseil fédéral a coupé en quelque sorte la poire en deux. Initialement, il avait laissé entendre qu'il privilégiait une variante coûtant 662 millions à la Confédération. Les CFF ont menacé d'intenter une action contre la Confédération, avant de faire marche arrière dans l'attente d'une solution "politique".

Lors de la consultation, la droite, les associations économiques et la moitié des cantons se sont opposés à toute aide fédérale à l'assainissement de la caisse de prévoyance professionnelle des CFF. L'autre moitié des cantons a prôné une participation mimine, tandis que la gauche, le PDC et les syndicats ont plaidé pour une contribution plus importante.

La solution choisie par le gouvernement devra être concrétisée maintenant par les services de Hans-Rudolf Merz d'ici la fin de l'année. Les Chambres fédérales auront ensuite le dernier mot.

En versant 1,148 milliard, la Confédération prend en charge le défaut de couverture imputable aux bénéficiaires de rente de vieillesse à fin 2006. Elle assume aussi les coûts résultant de la baisse du taux d'intérêt technique de 4 à 3,5%.

Pas question en revanche de financer les pertes subies par la caisse de pensions en raison de départs volontaires à la retraite anticipée et autres prestations jugées superflues. Les contribuables n'ont en effet pas à financer ce genre de mesures.

Le modèle s'inspire de la procédure adoptée pour la caisse de pension fédérale PUBLICA. Il tient compte aussi du fait que plus de 80% des rentiers des CFF sont des anciens bénéficiaires de rentes de la Confédération, se justifie le Conseil fédéral.

Le vase va finir par déborder ! Le contribuable et une fois de plus appeler à payer les pots cassés par nos politiciens. Si la situation de la caisse de pension des CFF est dans un tel état, c’est peut-être parce que les services chargés de vérifier les comptes n’ont soit pas fait leur travail soit le résultat de leur constat n’a pas été suivi des efforts nécessaires pour rétablir la situation. Ma caisse de retraite personnelle souffre également d’une sous couverture. Tant mon employeur que moi-même avons été « priés » d’augmenter nos cotisations afin de retrouver une couverture de 100%

La confédération ne va sûrement pas prendre en charge ce rattrapage ! Le contribuable n’est pas là uniquement pour boucher les trous quant tout va mal et pour donner des avantages supplémentaires lorsque cela va mieux ! Les fonctionnaires (les employés CFF ne le sont plus puisque il s’agit maintenant d’une SA) ne doivent plus avoir un seul privilège tant qu’ils sont soutenus par des entités publiques. La gauche qui veut absolument mettre le nez de l’Etat dans l’UBS devrait commencer par mieux gérer les entreprises publiques…….

Les commentaires sont fermés.