18/06/2009

Monsieur Prix veut diminuer les coûts de la santé de 800 mio par an

Le surveillant des prix Stefan Meierhans amène de l'eau au moulin de Pascal Couchepin. Pour diminuer les coûts de la santé, il propose une série de mesures, dont un contrôle des prix tous les trois ans. Au total, M. Meierhans pense pouvoir économiser 800 millions par an.


Dans sa newsletter, Monsieur Prix estime qu'il convient de baisser à 6%, contre 15% aujourd'hui, la marge des médecins et des services ambulatoires sur la vente des médicaments. Potentiel d'économies: 200 millions de francs.

La proposition n'est pas nouvelle. Pascal Couchepin à même proposé d'aller plus loin puisqu'il veut carrément supprimer la possibilité pour les médecins de vendre des médicaments.

Pour ce qui est des pharmacies, Monsieur Prix estime que la marge doit être abaissée à 9%, soit de six points. Cela permettrait d'économiser 130 millions. Il préconise également une facilitation des importations directes par les hôpitaux et pharmacies de génériques et médicaments dont les brevets ont expiré.

Le surveillant des prix propose une nouvelle fois d'élargir la corbeille des pays de référence à tous les pays voisins. La Suisse regarde prioritairement vers les Pays-Bas, l'Allemagne, le Danemark ou le Royaume-Uni pour jauger ses prix. La France ou l'Italie, où les médicaments sont moins chers, ne sont pas inclues car leur système est trop different de celui des la Confédération.

Par le biais de ces differentes mesures, dont la mise en oeuvre est réalisable par voie d'ordonnance, Monsieur Prix croit pouvoir épargner 800 millions de francs par an.

Le ministre l'intérieur a annoncé début juin qu'il présenterait "avant les vacances d'été" plusieurs mesures pour diminuer les coûts de la santé dans le secteur des médicaments.

 

Le Conseil Fédéral est mis au pied du mur. Il faut en effet agir sur le commerce des médicaments. Il est étrange de constater que l’encore Conseiller Fédéral Couchepin qui est le chantre de la concurrence pour l’assurance maladie est beaucoup moins offensif pour la concurrence sur les médicaments.

Si les médecins sont autorisés à vendre les médicaments, quelle est l’utilité des pharmaciens ?

PYM voulait que la Suisse n’ait qu’une seule assurance maladie. Peut-on imaginer une seule pharmacie ? Serait-elle moins coûteuse ?

Les commentaires sont fermés.