08/06/2009

Un nouvel hebdomadaire espagnol publié à Genève

Un nouvel hebdomadaire en langue espagnole "Hebdo Hispano" a été créé à Genève. Il veut informer les communautés hispanophones habitant en Suisse et devenir un espace d'échange entre organisations.


Cette nouvelle publication au format tabloïd a été lancée avec le soutien de l'Institut Suisse pour le Développement Socio-économique de l'Amérique Latine (I-Sud). L'association a pour but d'élaborer des projets débouchant sur la création d'emplois pour des Suisses et leurs conjoints qui retournent de l'Amérique latine.

Leur chances d'insertion sur le marché du travail étant réduites, Hebdo Hispano doit leur permettre de mettre en valeur leurs compétences et de les intégrer dans la société suisse ainsi qu'aux milieux hispanophones de Genève, précise l'hebdomadaire. Le journal se veut sans aucune tendance religieuse ni politique.

 

Combien de temps avant que ce journal ne demande des subventions ?

Pourquoi ne pas simplement apprendre le français ? Ce serait plus facile ensuite de s’intégrer et de trouver un travail…..

Commentaires

Il faut lire le journal pour avoir une idée. Les anglais, ils ont un journal dans sa langue, pourquoi pas dans castellan.

Écrit par : talapo | 09/06/2009

Et alors!!

D'abord, on se plaint si ces étrangers qui ne trouvent pas de travail puisent sur le chômage et les services sociaux qu'on paie de nos impôts...

Essayez de vous mettre à la place d'un étranger qualifié qui cherche du travail mais qui n'en trouve pas à cause de son nom à consonance étrangère!

On va aussi se plaindre s'ils créent un projet qui leur permet de mieux s'intégrer, de s'insérer dans le marché du travail tout en devenant des contribuables?

Finalement la création d'emplois à Genève, pour qui que ce soit -avec une reconnaissance de compétences- est aussi bénéfique pour notre communauté et notre économie. Même s'ils demandent des subventions comme le font pratiquement tous les médias qui démarrent; ce serait un investissement qui pourrait rapporter gros, puisque l'industrie des médias a un grand potentiel, même en période de crise!

Écrit par : Julie Schneider | 09/06/2009

@Julie Schneider,
Bonjour, merci pour votre commentaire.
Les étrangers qui ne trouvent pas de travail ne peuvent pas s'établir en Suisse et donc ne pas être à la charge de l'assurance chômage. S'ils bénéficient du chômage, c'est qu'ils ont cotisés et qu'ils y ont droit. Un étranger qualifié ne peut, lui comme le non qualifié, s'établir en Suisse que s'il a un contrat de travail. S'il veut garder sa langue maternelle, ce que je comprends, il ne doit en aucun cas prétendre à un job qualifié dans un pays qui ne parle pas sa langue. Imaginez un instant avoir un de responsable incapable d'expliquer en français (en Romandie) en italien (au Tessin) etc..à un employé subalterne le travail attendu de sa part. S'il veut s'intégrer un étranger DOIT apprendre la langue. Ce n'est pas l'aider que de publier des journaux locaux dans sa langue maternelle. Au contraire, cela ne fera que favoriser les nationalismes.

Écrit par : salegueule | 09/06/2009

@Goncalves,
Bonjour, merci pour votre commentaire.
Vous comprendrez que je prends pas la responsabilité de publier un commentaire que je comprends pas. Je pourrais me le faire traduire tant par mon fils que par ma belle fille qui parlent tous deux espagnol. Je n'en ai pas envie. Je pense plutôt que si vous voulez être lu sur un blog d'un quotidien francophone, vous devez faire l'effort d'écrire en français.

Écrit par : salegueule | 09/06/2009

Bonjour,

Merci pour la leçon de droit du travail et droit migratoire. J'aurais bien pu m'en passer, c'est bien clair que l'on travaille quand on a un permis de travail et qu'on a droit au chômage quand on cotise...

Il me semble qu'il ne s'agit pas d'avoir un hebdomadaire en langue espagnole pour se passer d'apprendre la langue locale. On est bien d'accord, apprendre la langue du pays où l'on vit est indispensable pour s'intégrer.

D'après un bref coup d'oeil à l'Hebdo Hispano, il risque plutôt d'enrichir le panorama médiatique avec une option hispanophone et lusophone. Après tout, pourquoi pas s'il y a des journaux anglophones en Suisse?

En y voyant de plus près, je m'aperçois que même que certains articles sont traduits au français...

D'ailleurs, en regardant l'article de la TDG d'aujourd'hui, vous vous apercevrez que la plupart des collaborateurs l'équipe de ce nouveau tabloïde ne sont que des suisses nés à l'étranger. Des descendants des suisses qui sont partis au temps des vaches maîgres et qui sont revenus bien nourris et souvent diplôme(s) en poche. Ils sont aussi dans leus pays (comme nous) qui leur a réservé un accueil parfois douteux...

Écrit par : Julie Schneider | 11/06/2009

@Julie Schneider,
Bonjour, merci pour votre commentaire.
Loin de moi l'idée de vous donner quelque leçon que ce soit. Cependant, votre commentaire laisser penser que vous ignoriez ces quelques points.
Pour ce qui concerne les créateurs et travailleurs de ce journal, Suisses ou pas, l'espagnol n'est pas une langue nationale. Je ne change pas d'avis, en aucun cas ce journal ne devra (il n'en aura peut-être pas besoin) recevoir quelque argent public.

Écrit par : salegueule | 11/06/2009

Merci pour cet article et bonne année à toutes et à tous :

Écrit par : Blague | 03/01/2010

C'est incroyable ce qu'on peut lire de fois sur internet, surtout avec des gens avec une mauvaise fois qu'on peut confondre avec la méchanceté ; l'ignorance quand est fruit de la pauvrette est compréhensible, mais quand c'est fruit de le manque d'information c'est grave. Il y a 60.000 personnes qui parle espagnol à Genève, beaucoup sont comme moi binational ( Père Chilien, mère Suisse allemand), et qui s'intéresse a maintenir la langue espagnole comme une richesse, en tenant comte que c'est une de langues les plus parler du monde. Votre discours, très proche de l'UDC, intolérant et bête, n'aide en rien à rien.De gens comme vous me font honte de mes 50% suisse. A, c'est vrais, le problème sont les subvention, toujours l'argent,et oui, un morceau de papier peint est plus important que les besoins des personnes, et ansi va le monde, avec des gens comme vous on va pas très loin, cela c'est certain...

Écrit par : alfonso vasquez unternahrer | 15/02/2010

@lfonso Vasquez Unternahrer,
Bonjour, merci pour votre commentaire.
Je comprends votre point de vue et votre besoin d'être assisté. Cependant, de mon point de vue, ce n'est en aucun cas au contribuable de vous aider.

Écrit par : salegueule | 16/02/2010

Les commentaires sont fermés.