31/03/2009

Genève: le nombre de frontaliers a plus que doublé en dix ans

Fin 2008, le canton de Genève décomptait 65'126 titulaires d'un permis frontalier. Ce chiffre record correspond à une hausse de 7,4% par rapport à fin 2007. Seuls quatre titulaires de permis sur cinq travaillent effectivement à Genève.


Depuis le redémarrage de l'économie genevoise en 1998, le nombre de frontaliers ne cesse d'augmenter, constate l'Office cantonal de la statistique (Ocstat) . La hausse de 4496 personnes enregistrée en 2008 est encore supérieure à celle observée en 2007 (+ 3701).

Parmi les frontaliers, on dénombre environ 25'000 femmes pour 40'000 hommes, pour un âge moyen de 39 ans. Plus des trois quarts résident en Haute-Savoie et un peu moins de 20% dans l'Ain.

Les 2% restants viennent de départements plus éloignés comme le Jura et le Doubs, mais aussi d'autres pays comme l'Italie (24 personnes), l'Allemagne (13) et le Royaume-Uni (13). Cette tendance se renforce: plus de 8% des permis frontaliers délivrés l'an dernier l'ont été à des personnes ne résidant pas en Haute-Savoie ou dans l'Ain.

L'effectif des frontaliers a spécialement augmenté l'an dernier dans les secteurs banques-assurances-agences-conseil (+ 2480 personnes, dont 1450 venues par des agences de placement privées) et commerce-hôtellerie (+ 733).

Le canton de Genève à lui seul fournit du travail à nombre de frontaliers français. Pour remercier la Suisse de ce fait, le gouvernement français n’a de cesse d’attaquer la Suisse sur sa fiscalité et son secret bancaire. La moindre once de reconnaissance voudrait que le France agisse diplomatiquement, en négociant correctement avec un pays voisin. Que nenni, Sarkozy et ses ministres se sont alliés au gouvernement allemand et à son ministre voulant faire renaître une puissance allemande d’il y a 70 ans ! A l’époque les français avaient regardé ailleurs, maintenant ils s'allient.

Que les travailleurs frontaliers risquent d'en faire les frais, Sarko s'en moque!

Commentaires

N'avez-vous pas écouté David Hiller dans le journal TJ de 19h30 de dimanche.

Vous auriez entendu de la bouche de David Hiller qu'il n'existait pour Genève aucun autre contribuable aussi bien que le frontalier. Le frontalier rapporte énormément au canton et ne coûte rien. Pas de logement, pas d'école et autres coût sociaux, inhérents aux résidents Genevois. Ce n'est pas aujourd'hui que Genève va pousser ses citoyens à habiter Genève et elle fait tout pour pousser les Genevois en France voisine, car cela rapporte beaucoup au Canton. Genève n'a jamais engrengé autant de fric que ces dernières années !

Sarko se fout de ses frontaliers qui représentent un pipi de chat, par rapport à la France et de plus ne rapporte pas grand chose en impôts pour la France, étant donné que le 75% des impôts reste à Genève et le 25% à la commune...donc rien pour Paris !

Écrit par : Café | 02/04/2009

@Café,
Bonjour, merci pour votre commentaire. Etes-vous sur de vos chiffres cette fois?
J'ai vérifié vos affirmations d'un autre de vos commentaires dans lequel vous disiez qu'un Suisse sur deux est double national. Il se trouve que selon le site du DFAE, seuls 500'000 citoyens suisses résidents le sont! Il y aurait en plus 452'000 suisses vivant à l'étranger qui seraient doubles nationaux. Sur un total d'environ 6 millions de suisses, ça ne fait pas le compte!
Avez vous des sources pour votre répartition de l'impôt frontalier?

Écrit par : salegueule | 02/04/2009

Les commentaires sont fermés.