19/03/2009

Genève et Carouge ouvrent deux abris pour les requérants d'asile

Les Villes de Genève et de Carouge mettent à disposition de l'Hospice général deux abris de protection civile pour faire face à l'afflux important de requérants d'asile. Une centaine de migrants y seront hébergés durant quelques mois.


L'Hospice général a reçu en moyenne 126 personnes par mois, de septembre 2008 à février 2009, soit plus du double qu'un an auparavant (60 par mois). L'aménagement de dortoirs et une meilleure utilisation du dispositif existant ont permis la création de 85 places d'hébergement en foyers.

Néanmoins, les centres collectifs arrivent à saturation. L'ouverture d'abris de protection civile s'avère nécessaire pour une période de transition, relève l'institution chargée de l'accueil des requérants d'asile dans le canton.

Les abris PC mis à disposition par les Villes de Genève et Carouge hébergeront des requérants déboutés ou frappés d'une décision de non entrée en matière (NEM), conformément à un arrêté récent du Conseil d'Etat. Leur séjour en Suisse ne devrait pas excéder quelques mois.

Les abris seront ouverts 24 heures sur 24. Des collaborateurs de l'Hospice général seront présents de 8h00 à 20h00 du lundi au vendredi et le samedi matin. Des intendants assureront la gestion du lieu et veilleront au respect des règles de vie commune.

La sécurité sera garantie par une présence permanente d'agents de sécurité privée et au moyen d'une collaboration étroite entre l'Hospice général et les forces de l'ordre. Les habitants des quartiers concernés bénéficieront d'une information spécifique.

Les villes du bout du lac prennent en charge des requérants d’asile. C’est très bien et moral. Une question se pose cependant, pourquoi ces deux municipalités doivent-elles prendre des mesures sécuritaires dans le même temps ? Si ces requérants sont dangereux, pourquoi les accepter ? S’ils ne le sont pas, pourquoi prendre ces mesures de sécurités forts onéreuses ?

Commentaires

La lenteur des démarches concernant l'asile est tout-à-fait inacceptables si bien que certains "requérants" qui n'ont pas de contraintes physiques, s'évanouissent dans la nature pour entrer dans la clandestinité et dans des activités illégales. Le flux des migrants du Sud avec la crise mondiale ne fera que grossir, allons-nous les laisser dans les abris pendant 6 mois ils ne sont pas fous et prennent leurs propres initiatives et décisions de rester en Suisse sans papier avant que l'administration ait tranché pour un éventuel renvoi. Comme les contrôles de papier n'existent pas à Genève, ils peuvent rester sans problèmes, scolariser leurs enfants, sous-louer des appartements à leurs compatriotes, travailler au noir, même conduire une voiture, ne payer aucune taxes. Bref, les procédures de l'asile sont de vraies passoires et sont d'une inefficacité et d'une grande hypocrisie pour les citoyens de ce pays qui payent grâce à leurs impôts.

Écrit par : demain | 20/03/2009

Quelle solution sera trouvée si, par malheur, la population devrait entrer immédiatement dans ces abris ? Comment se fait-il que ces abris ne sont pas habitable par les requérants pendant plusieurs semaines ou mois et que l'on veut y loger la population locale en cas de besoin pendant plusieurs mois ? Est-ce que nos "invités coûteux" sont plus à plaindre que nos concitoyens ?

Écrit par : Octave Vairgebel | 20/03/2009

D'où viennent-ils? Genève a le don de donner asile à des profiteurs! Quelques mois.... juste le temps de faire de Genève un nouveau Chicago!

Charité bien ordonnée commence par soi-même!

Je me demande tout de même pourquoi la ville est séparée de l'Etat? Genève est grand comme un mouchoir de poche!

Écrit par : Patoucha | 20/03/2009

? Je ne vois pas le commentaire laissé ce jour, était-il si dérangeant?

Écrit par : Patoucha | 20/03/2009

@Patoucha,
Bonjour, merci pour vos commentaires. Seuls les commentaires injurieux ou n'ayant pas de rapports avec le billet ne sont pas publiés sur ce blog.
Je vous rapelle que les commentaires sont modérés une fois par jour, en général entre 19 et 20 heures.

Écrit par : salegueule | 20/03/2009

Merci de le préciser mais ce n'est pas le cas du mien puisqu'il est là! :))

Écrit par : Patoucha | 03/04/2009

Les commentaires sont fermés.