10/03/2009

Différend fiscal: l'Allemagne durcit ses critiques envers la Suisse

L'Allemagne durcit le ton à l'égard de la Suisse dans le domaine de la fraude fiscale. Des critiques particulièrement dures ont été publiées dans le quotidien "Süddeutschen Zeitung".


Le ministère allemand des finances reproche à la Suisse de constituer un alibi pour des pays tiers qui ignorent les directives de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) contre les délits fiscaux.

Certains Etats, qui seraient prêts à respecter ces directives, diffèrent leur application en prenant prétexte de l'attitude de la Suisse, précise le ministère allemand.

A la suite de quoi quelque 500 milliards d'euros sont déposés en Suisse, poursuit le journal. Et une partie de cet argent appartient à des Allemands qui ont voulu échapper au fisc de leur pays.

Outre la Suisse, l'Autriche, la Belgique et le Luxembourg, membres de l'OCDE, ne respectent pas, ou du moins pas totalement les standards communs face aux délits fiscaux. Mais selon le ministère des finances, ces trois pays sont plus coopératifs que la Confédération.

De plus, la Suisse accorde aux entreprises étrangères des privilèges fiscaux, entreprises qui se voient prélever des taxes proches de 0 %: une "énorme distorsion de la concurrence", accusent encore les autorités fiscales allemandes.

Le ministre allemand des finances Peer Steinbrück a par ailleurs présenté lundi un projet de loi renforçant l'arsenal juridique contre l'évasion fiscale. L'examen de ce texte par le gouvernement, initialement prévu mercredi, a toutefois été retardé. Il n'aura pas lieu avant la semaine prochaine, ont indiqué des sources gouvernementales à Berlin.

Les allemands n’auraient-ils rien appris de la seconde guerre mondiale ? Serions-nous leurs nouveaux juifs ? Faut-il absolument que ce peuple ait un bouc émissaire ? Un responsable autre que lui-même pour ses problèmes ?

L’Allemagne n’a pas encore digéré l’absorption de son pays « frère » de l’Est. Les finances allemandes ne se sont jamais remises de la réintégration de cette partie du peuple coupable du génocide de 39-45. Se rendant compte de la situation probablement catastrophique des finances de l’Etat allemand, le ministre en charge de ce dossier reprend les méthodes d’il y a près de 70 ans.

Il faut un coupable. Les juifs ça ne marchera plus. Autant à s’attaquer à quelqu’un d’autre.

La Suisse fait un parfait coupable. Le secret bancaire est un argument facile pour attaquer ce petit pays. Les chiffres donnés ne résistent pas à l’examen, mais qui va le faire ?

Les banques suisses auraient des dépôts de 500 millliards d’Euro. Une partie viendrait de l’Allemagne. Si l’on calcule bien, les rendements actuels étant proches de 0, cela fait peu de revenus. Cependant, pour l’exemple admettons un rendement de 4% soit 20 milliards de revenus. Admettons toujours que la moitié de ces revenus soit soumis à l’accord de la fiscalité des revenus de l’épargne des déposants européens. Cela fait 10 milliards au taux de 20% de taxation cela fait 2 milliards d’impôts à se partager entre les pays membres de l’UE. Donc beaucoup de bruit pour pas grand-chose. Le fait est que les pays européens se rendent compte maintenant qu’ils ont pris des risques totalement inconsidérés en garantissant leurs banques sans limites. Ils prennent conscience que la façon dont ils ont agit va l’encontre du bon sens le plus simple. Les politiciens ont besoin de cacher leur total manque de connaissance financière. Donc ils vont au plus simple, ils créent un écran de fumée et cherchent un bouc-émissaire.

Commentaires

j'aime bien vos atticles on apprend toujours des chose LOL!

Écrit par : wikipedia | 14/04/2009

Les commentaires sont fermés.