26/02/2009

Droits humains: la Suisse bonne élève mais peut mieux faire (USA)

Dans son rapport annuel sur la situation des droits de l'homme dans le monde, le ministère américain des Affaires étrangères attribue à la Suisse une place de bonne élève. Il s'inquiète toutefois de cas de violences policières, de trafic d'êtres humains et de racisme.


Ainsi, il arrive que des prévenus soient l'objet de maltraitances policières, constate le ministère des Affaires étrangères dans son rapport 2008, publié mercredi. Celui-ci cite à titre d'exemple l'implication de la police genevoise en 2007 dans des cas de coups de pied et de poing, de techniques d'étranglement, de coups de matraques et d'abus de gaz lacrimogènes.

Le rapport pointe également du doigt le trafic d'être humains, impliquant de nombreux abus envers des femmes et des enfants. Selon lui, entre 1500 et 3000 personnes ont été introduites en Suisse par la voie de filières clandestines. Ces victimes sont très souvent contrainte au travail forcé ou exploitées sexuellement.

Il signale en outre que 7000 femmes et des fillettes vivant sur territoire helvétique ont été victimes d'une excision, selon les chiffres de l'UNICEF. Il attribue cette situation à l'augmentation de l'immigration en provenance de pays où est pratiquée l'excision.

Par ailleurs, le rapport souligne que des organisations islamiques se plaignent de discrimination envers les musulmans. Dans de nombreuses communes, des projets de constructions de mosquées et de minarets tout comme l'aménagement de cimetières isalmiques ont été refusés ou remis à plus tard.

Il dénonce aussi des actes antisémites: 38 du côté romand et 38 du côté alémanique en 2007. Enfin, le ministère des Affaires étrangères américains critique la nouvelle loi sur l'asile qui, en raison de sa dureté, s'apparente selon lui à de la discrimination.

J’ai classé cette note dans la catégorie HUMOUR dès que j’ai compris qu’il s’agissait d’un rapport préparé par l’administration de « W ». Il y a de quoi se poser des questions sur les USA. Comment cet état peut-il se conduire de la façon dont il le fait, Guantanamo, prisons secrètes, ultimatums, attaques de pays tiers sans mandats de l’ONU etc. et dans le même temps se permettre de juger d’autres pays et éditer des rapports qui devraient être pris à la lettre.

Au vu de la qualité du travail des fonctionnaires chargés de ce rapport, il serait intéressant de les mandater pour un audit de leur propre pays…

Les commentaires sont fermés.