29/01/2009

Micheline Calmy-Rey a rencontré Saif al-Islam Kadhafi à Davos

Les trois conseillers fédéraux présents au Forum économique mondial (WEF) ont multiplié les rencontres. La crise entre la Suisse et la Libye, la cause du libre-échange et la relance de l'économie ont tenu le haut de l'affiche.


Micheline Calmy-Rey a pris part à la réunion la plus en vue de la journée: la ministre des affaires étrangères s'est entretenue 45 minutes, au Posthotel de Davos (GR), avec l'un des fils du colonel Kadhafi, Saif al-Islam Kadhafi, pour évoquer la crise diplomatique entre les deux pays.

Tous deux ont convenu de ne rien laisser filtrer du contenu. Micheline Calmy-Rey a juste évoqué un climat "positif". Le dialogue se poursuivra mais aucun calendrier n'a été arrêté, a précisé un porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Une nouvelle entrevue n'est pas exclue vendredi.

La réunion est survenue à la faveur de la présence du fils Kadhafi dans la station grisonne. Le Libyen a participé la veille à un podium sur le Moyen-Orient dans le cadre de la 39e édition du WEF. Saif al-Islam Kadhafi passe pour un modéré en comparaison avec son père, auquel il pourrait succéder, selon les observateurs.

Suisse et Libye sont en froid depuis l'arrestation l'été dernier à Genève d'un autre fils du colonel, Hannibal Kadhafi, et de sa femme, suite à une plainte de leurs domestiques pour maltraitance. La plainte a été retirée en septembre, mais cela n'a pas réglé le conflit.

Doris Leuthard s'est pour sa part attachée à faire avancer la cause du libre-échange. La ministre de l'économie a consacré son temps à sonder divers ministres afin d'évaluer les dispositions quant à l'avenir des négociations du cycle de Doha dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La conseillère fédérale a évoqué avec ses interlocuteurs les plans de relance adoptés par nombre de pays. Les discussions ont permis de jauger le climat d'ouverture des marchés au moment où la crise ravive les tentations du retour au protectionnisme.

Pour le reste, Micheline Calmy-Rey s'est entretenue avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de la situation à Gaza et en Géorgie.

Donc nos ministres sont allés discuter, discuter, discuter avec beaucoup de leurs homologues pour ne rien décider. Le WEF n’étant pas un lieu de décision mais uniquement de discussion. Au moment où les indicateurs montrent que la crise arrive, même sin on ne la voit pas encore en Suisse, notre ministre de l’économie va à Davos pour discuter au lieu d’être à son poste. La ministre des AE est aller rencontrer le fils Kadhafi, pour ….rien. Nos compatriotes sont toujours interdits de sortie de Libye. Nous avons des ministres « sarkozystes », aussi hyperactifs qu’inefficaces !

De la façon dont se passe le WEF cette année, les personnes voulant manifester contre cette réunion n’ont nul besoin de se mettre dans l’illégalité, le WEF va s’éteindre de lui-même, son inutilité va s’étaler au grand jour.

Le WEF va disparaître dans l’oubli…

Les commentaires sont fermés.