28/01/2009

Libre circulation: la votation du 8 février loin d'être jouée

L'issue du scrutin du 8 février sur la libre circulation des personnes reste serrée. Selon le deuxième sondage SSR SRG idée suisse, le "oui" reste en tête avec 50% des suffrages (+1 point) mais le camp du "non" gagne légèrement du terrain avec 43% des intentions de vote (+3).


Les indécis se font donc moins nombreux. Alors que leur proportion atteignait 11% lors du premier sondage, ils ne sont aujourd'hui plus que 7%, révèle le sondage. En Suisse romande, le "oui" à la reconduction de la libre circulation et son extension à la Roumanie et la Bulgarie devance de plus de 20 points le "non" (56% contre 35%). Il perd cependant 5 points alors que les opposants en gagnent 12.

Outre-Sarine, l'écart reste serré mais stable entre les deux camps puisque 48% des votants soutiennent l'accord et 45% s'y opposent, contre 47% et 44% dans le précédent sondage mené entre fin décembre et début janvier. Au Tessin, le "non" reste en tête avec 56% (-10) contre 41% de "oui" (+10).

A noter que les sondés suivent de manière très disciplinée les mots d'ordre de leurs partis. La base du PS soutient en masse le "oui" (84%, soit une hausse de 17 points). Idem pour les Verts avec 81% (+10). Suivent le PRD 73%, le PDC (64%).

Dans le camp des oppposants, les sympathisants de l'UDC sont par ailleurs de plus en plus nombreux à prévoir de glisser un "non" dans l'urne. Alors qu'ils étaient 70% lors du premier sondage, ils atteignent aujourd'hui les 84%.

Alors que la conjoncture n'est pas au beau fixe, l'argument que la Suisse a besoin de la libre circulation pour des raisons économiques recueille toujours plus de soutien: 59% (+4) des personnes interrogées sont d'accord sur ce point.

Rien d’étonnant à ces résultats. Depuis le début de la campagne, les partisans ne donnent aucun argument convaincant pour le oui. La seule chose que l’on voit, c’est un matraquage dans tous les médias pour le oui. Sans plus d’arguments que « c’est bon pour l’économie ». L’Europe ne pourrait admettre que des pays ne soient pas intégrés à l’accord actuel.

L’Europe admet actuellement que les deux pays concernés ne soient justement pas traités comme les autres au sein même de l’UE.

Je suis maintenant de plus en plus sûr que la majorité des peuples de l’actuelle Union nous remercierait de refuser l’extension dans 10 jours. Ca leur permettrait à eux aussi, pensent-ils, de remettre en question le chemin qu’a pris la construction de l’UE depuis quelques années. Un chemin où la seule chose qui compte, c’est la diminution des salaires et du pouvoir d’achat du peuple au profit de quelques nantis seulement. Que le peuple de notre pays se rende bien compte de l’opportunité qui s’ouvre à lui. C’est peut-être la dernière fois que la possibilité de rester souverain lui est offerte. En entendant Monsieur Levrat ce matin sur la RSR affirmer que nous pouvions accepter sans problèmes cette votation puisque nous aurons de nouveau l’occasion de nous prononcer dans quelques années à la prochaine extension de l’Europe. Il prétend que la libre circulation permet de surveiller les salaires et d’éviter le dumping, que sans la libre circulation, cette surveillance cessera. Il omet de dire que rien ne nous empêche de la laisser en place, mais surtout qu’elle ne sera plus du tout nécessaire. Les travailleurs de notre pays gagneront de nouveau, comme cela aurait toujours du être le cas, de quoi faire vivre leur famille décemment sans devoir être assisté par l’Etat pour les assurances maladies, le logement etc…

Votons non, ne demandons rien à l’Europe, elle viendra elle taper à la porte des négociations pour revoir les 6 accords des bilatérales I. Ces accords sont plus favorables à l’UE qu’à la Suisse. Nos négociateurs de l’époque, tellement persuadés qu’ils étaient demandeurs ont donnés beaucoup plus et reçus beaucoup moins que l’équilibre que ces accords auraient dus avoir.

Commentaires

On ne passe pas mon blogue, parceque je parle négativement des étrangers.

Écrit par : georgette rochat | 02/02/2009

Les commentaires sont fermés.