13/01/2009

Le nombre de demandes d'asile a augmenté de plus de 50% en Suisse

En 2008, 16'606 demandes d'asile ont été déposées en Suisse, soit 53,1% de plus qu'en 2007. Le nombre de requérants a notamment augmenté de 42% au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédant.


Le nombre de demandeurs en procédure s'est lui contracté de 0,7%. Comme en 2007, l'Erythrée arrive en tête de liste avec 2849 demandes, soit une hausse de 71,5 %, indiquent les statistiques 2008 de l'asile publiées par l'Office fédéral des migrations (ODM). Suivent la Somalie avec presque 4,5 fois plus de demandes que l'année précédente.

L'Irak est en 3e position (+50,6%). La Serbie et la Kosovo prennent la 4e place, avec des demandes d'asile stables (+26,3%).

Au 5e rang se trouve le Sri Lanka (+98,4%). Les requérants nigérians sont au 6e rang et que leur nombre a progressé de 202,1% en un an.

Le taux d'octroi a atteint 23%, soit une hausse de près de 20%. Selon l'ODM, cela "démontre que les personnes menacées au sens de la loi sur l'asile se voient effectivement accorder la protection à laquelle elles ont droit".

Dans de nombreux cantons, trouver des places pour les requérants d'asile relève du parcours du combattant. Ils doivent chercher des solutions de secours pour leur offrir un toit. Le canton de Vaud ouvrira dès mi-février un abri de la protection civile à Nyon (VD). Une centaine de migrants y seront hébergés durant quelques mois.

Pour contrecarrer la hausse des demandes d'asile, Eveline Widmer-Schlumpf, ministre de justice et police, veut faire en sorte que les décisions de non entrée en matière soient prises plus rapidement. La conseillère fédérale avait indiqué que le personnel a été augmenté dans les centres d'enregistrement.

Le nombre croissant de requérants n'est pas la seule cause de la surcharge des autorités: les mesures d'économie prises par l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher y ont contribué. Le Zurichois avait réduit les capacités d'accueil à 12'000 demandes par année. Il avait également supprimé dès 2008 les contributions aux cantons pour des logements de réserve.

Il serait intéressant de savoir quelle est la part de cette augmentation due à la nouvelle Suissesse de l’année…..

Si j’arrive parfaitement à comprendre des demandes d’asile provenant d’Erythréens ou d’irakiens, je ne comprends pas du tout les demandes venant des pays balkaniques, Serbie Montenegro, Kosovo par exemple. Il y a déjà plus de 200'000 de ces nationaux habitants en Suisse alors que la guerre étant terminée dans l’ex Yougoslavie, ils n’ont plus de raison de rester. Nous voyons encore une augmentation injustifiable de requérants de ces pays.

L’ODM nous apprend que dans 23% des cas se voient accorder l’asile, cela veut dire que plus des 3 quarts deviennent des NEM. Donc des clandestins potentiels. Il serait temps de prendre des mesures urgentes donnant les possibilités de raccompagner immédiatement à la frontière les gens ne pouvant bénéficier de l’asile. Nous nous éviterons ainsi des occupations illicites d’églises, d’odieux chantages à la charité. Par la même nous dégagerons ainsi des moyens pour les vrais réfugiés.

Si les 200'000 ex yougoslaves étaient renvoyés chez eux, ils ne risquent plus rien, de la place serait rendue disponible pour de nouveaux cas difficiles. L’asile ne doit être accordé que le temps de la guerre. La paix revenue, les réfugiés doivent retourner dans leurs pays respectifs.

Les logements de réserve ne pourraient-ils pas servir aux citoyens de notre pays qui en ont un grand besoin? L'aide du contribuable n'est-elle destinée qu'aux étrangers? Ne devrait-on pas, comme le montre une photo dans un quotidien, balayer devant notre porte?

 

 

Les

Les commentaires sont fermés.