05/01/2009

Avenir économique: les Suisses ont rarement été aussi pessimistes

La population suisse n'a jamais été aussi pessimiste face à l'avenir économique du pays. Un habitant sur quatre dit craindre pour son emploi en 2009, selon un sondage international dévoilé par "Le Matin dimanche " et le "SonntagsBlick".


Les sondés sont 60% à penser que 2009 sera plus difficile économiquement parlant. Seuls 9% croient à une reprise. Il faut remonter à 1992 pour retrouver un tel taux de pessimistes. Ces cinq dernières années, moins d'un tiers des Suisses prévoyaient un avenir économique sombre.

Le taux de chômage va augmenter, selon 75% des sondés. Pour 19%, il se maintiendra au niveau actuel.

Les Suisses sont plus optimistes quant à leurs chances de retrouver un emploi en cas de licenciement. Plus d'un tiers des sondés (37%) estiment pouvoir retravailler rapidement. La moitié d'entre eux (49%) pensent que cela prendra du temps, mais qu'ils y arriveront. Seuls 6% ne se voient pas retrouver un emploi.

Le sondage Gallup est réalisé chaque année depuis 1989 dans 50 pays. En Suisse, il a été mené par l'institut Isopublic auprès de 1005 personnes en Suisse romande et alémanique entre le 12 et le 26 novembre. La marge d'erreur est de +/- 3,16%.

Les médias qui nous ressassent depuis des mois et des mois que la crise arrive, qu’elle va être terrible, que le chômage va augmenter, que les salaires vont baisser etc… Que peuvent donc répondre les sondés après ce matraquage ? Rien d’autre que ce que voulaient entendre les sondeurs ! Personne ne tient compte des augmentations de salaire. Personne ne veut voir que les commerçants ont fait une très bonne année. Même le mois de décembre a été très bon ! Les restaurants marchent plutôt bien ! Mon coiffeur m’a affirmé que son train de vie n’allait pas changer ! Les soldes attirent beaucoup de monde. En fait la crise annoncée (espérée ?) par les médias n’est pas encore là ! On ne fait que l’anticiper. Trop ? Sera-t-elle vraiment si terrible que cela ? Il ne faut pas oublier que la majeure partie des travailleurs est encore au boulot ! Si il y a ici ou là des chômages partiels, c’est heureusement encore marginal. C’est à force de faire peur au gens avec la crise qu’elle va venir ! Les problèmes financiers qui ont ébranlés les économies ne touchent pratiquement que les nantis, les riches. Ce sont eux (pour une fois) qui paient le plus lourd tribu. Les baissent des bourses ne concernent que ceux qui y ont investi de l’argent.

Monsieur Merz a raison, que les Suissesses et Suisses aient confiance en l’avenir et la crise sera mineure.

 

 

Commentaires

Oui, la crise, c'est la faute aux media, qui sont de gauches, c'est bien connu.

Écrit par : Djinius | 05/01/2009

@Djinius
Je n'accuse pas les médias de la responsabilité de la crise, je les accuse de colporter les mauvaises nouvelles en oubliant de présenter les bonnes...
C'est vrai que pour les médias, effectivement de gauche, il est facile d'attaquer la droite sur la crise, les gens de droite sont les seuls à investir et à se mettre (plus ou moins) en danger financièrement. La gauche, elle, ne fait que vouloir distribuer l'argent que l'on n'a pas encore gagné, est dispensée de toutes critiques! La seule qualité que je lui reconnais toutefois, c'est de savoir être, de temps en temps, rigoureuse. La gauche française a toujours mieux gérer les finances françaises que la droite.

Écrit par : salegueule | 05/01/2009

Les commentaires sont fermés.