04/01/2009

Hôpital d'Aarau: une enfant meurt quelques heures après un examen

Une fillette de quatre ans est morte le 27 décembre à son domicile d'Olten (SO), quelques heures seulement après avoir été auscultée aux urgences de l'hôpital d'Aarau. Le médecin de service l'avait renvoyée à la maison après lui avoir administré un suppositoire.


Une fillette de quatre ans est morte le 27 décembre à son domicile d'Olten (SO), quelques heures seulement après avoir été auscultée aux urgences de l'hôpital d'Aarau. Le médecin de service l'avait renvoyée à la maison après lui avoir administré un suppositoire.

La justice soleuroise a ouvert une enquête, a indiqué l'hôpital, confirmant une information du "Sonntag". D'après l'hebdomadaire, l'enfant souffrait d'une forte fièvre. Les parents, qui ont emmené la fillette à l'hôpital durant la nuit précédant sa mort, ont dû attendre longuement avant que leur enfant soit examiné.

L'hôpital d'Aarau ne s'explique pas pour l'instant ce décès et promet de tout mettre en oeuvre pour éclaircir le cas. Le corps de la petite fille a été autopsié à l'Institut de médecine légale de Berne.

 

Alors si même nos hôpitaux commencent à « travailler » comme en France, nous sommes mal partis dans cette année 2009 !

Les français se vantent toujours d’avoir le meilleur service de santé du monde, on a vu récemment que ce n’était pas le cas pour tout le monde. Voilà que maintenant même en Suisse on a ce genre de problèmes ! Qui l’aurait cru il y a seulement quelques mois ?

Il est vraiment temps que le ministre en charge de la santé fasse son boulot au lieu de s’occuper des primes qu’encaissent les caisses maladies sans rendre compte de leur façon de calculer les coûts !

 

 

Commentaires

j'ai vécu une situation presque semblable dans cet hopital en 2007,mais sans grands dommages heureusement

Écrit par : schön | 04/01/2009

Mais puisqu'on vous dit que la fixation des primes relève du secret des affaires et que l'assuré ne peut faire recours car l'autorité de surveillance fait bien son travail !

(cf le blog de M. Poggia)

Écrit par : Djinius | 04/01/2009

N'oublions pas qu'en Suisse aussi il n'y a pas si longtemps
- un enfant de 3 ans est mort après que ses parents l'aient emmené à l'hôpital de Bâle pour y subir le test de la mucoviscidose avec 39° de fièvre: comme il n'avait pas de sueur on lui a mis une combinaison de ski et placé sous des lampes pour faire monter encore plus la température, malgré ses cris, sous la surveillance d'une infirmière débutante : "on" a probablement oublié de l'hydrater puis il a suffoqué avant de mourir alors que la température avait atteint 43° (la mort survient en principe à 42°) - le procès a eu lieu il y a quelques semaines et les médecins ont été ACQUITTES;
- tout récemment, un très jeune enfant est décédé après avoir reçu en milieu hosptialier un traitement à la toxine botulique à un dosage infiniment supérieur au maximum autorisé
- et voilà la mort de cete petite fille.
Comme quoi l'homicide d'enfants par négligence médicale semble se banaliser un peu partout, même en Europe occidentale.

Écrit par : francoise authosserre-bellon | 05/01/2009

Il me semble que vous avez la mémoire courte. L'année dernière à l'hôpital de Lille à Berne un coeur a été implanté avec le mauvais groupe sanguin, avec mort d'homme et il y a deux ans dans le Tessin, le chirurgien a amputé la mauvaise jambe à un patient. Sans oublier la très récente histoire où une patiente a été amputée du sein, car elle avait soi-disant un cancer...alors qu'elle n'avait rien !

La Suisse n'a pas attendu la France ! De plus, on sait très bien qu'en Suisse tout est bien caché !

Écrit par : Café | 05/01/2009

Les commentaires sont fermés.