30/12/2008

L'Allemagne exige que la Suisse se montre plus coopérante

Le ministre des finances allemand, Peer Steinbrück, exige plus de coopération de la part de la Suisse et du Liechtenstein dans la lutte contre l'évasion fiscale. Dans un entretien à un quotidien allemand, il insiste sur la nécessité d'une collaboration pour faire "prévaloir les intérêts nationaux".


Selon lui, lorsque le conseiller fédéral en charge des finances Hans-Rudolf Merz reproche à l'Allemagne de pratiquer du "dumping fiscal" en raison de son nouvel impôt libératoire (sorte d'impôt à la source) à 25% alors que, en comparaison, l'impôt sur l'épargne en Suisse atteint 35%, il s'agit d'une "manoeuvre de diversion".

Le ministre allemand explique que, dans la lutte contre les délits fiscaux, la Suisse et le Liechtenstein se doivent de coopérer de la même manière avec l'Allemagne qu'ils le font avec les Etats-Unis.

Hans-Rudolf Merz a pris acte des propos de son homologue allemand "sans surprise", a indiqué le porte-parole du Département fédéral des finances (DFF) Roland Meier.

Selon M. Meier, en ce qui concerne les Etats-Unis, il est question de fraude fiscale et Washington a sollicité l'entraide administrative de Berne. Actuellement, les autorités suisses s'attèlent à rassembler la documentation.

 

 

Monsieur Steinbruck n’a-t-il donc rien d’autre à faire que de s’occuper de nos lois fiscales ?

Si son pays ne surtaxait pas ses citoyens, le problème ne se poserait pas ! Monsieur Steinbruck oublie-t-il que c’est « grâce » à son pays que l’on a introduit le secret bancaire en Suisse, lorsque les membres de la gestapo accompagnaient des clients des banques helvétiques pour vider les comptes pendant que les familles des clients restaient en otages en Allemagne ? A sa place, je me ferais tout petit et je demanderai pardon !

 

 

Commentaires

Hug! et bonne année...
Je cherche un lien en français qui explique ce nouvel impôt à la source, si jamais...

Écrit par : Dalmuti | 30/12/2008

M Von Dach, êtes vous réellement mal informé, ou faites vous juste de la propagande anti-européenne ?
L'introduction du secret bancaire en Suisse n'a rien à voir avec l'Allemagne nazie. Les premières lois sur le secret bancaire sont genevoises et datent de... 1761, et leur but à l'époque était d'assurer la discrétion sur les opérations financières du Royaume de France dans la République et Canton.
Le secret bancaire s'est plus tard étendu à toute la Confédération et sa forme moderne, législative, date de 1934, davantage pour protéger les grosses fortunes françaises ou espagnoles menacées par la gauche, que les juifs allemands. Les premières lois anti-juives datent en effet de 1935...

Écrit par : Philippe Souaille | 01/01/2009

Vous avez parfaitement raison! Merci de votre précision.
Je pense avoir confondu le secret bancaire et les comptes numérotés!
Désolé.

Écrit par : salegueule | 01/01/2009

la Suisse est-elle un pays souverain ?

est-elle libre de formuler des lois sans en rendre compte aux pays qui nous entourent ?

est-elle libre d'avoir une politique financière différente de ces pays ?

OUI alors qu'on ne vienne pas mettre le nez dans nos affaires comme si la Suisse était un pays sous -développé

mr Steinbrück devrait s'occuper de son pays sans interférer dans le notre ,la Suisse ne se mêle pas des actes politiques de ce monsieur

Écrit par : schön | 04/01/2009

c'est l'inscription de la loi sur le secret bancaire dans la constitution en 1934 suite aux espionnages des nazis

Écrit par : schön | 04/01/2009

Les commentaires sont fermés.