18/12/2008

Il n'y aura pas de système d'alerte enlèvement avant 2010 en Suisse

Un système d'alerte en cas d'enlèvement d'enfants ne verra pas le jour en Suisse avant 2010. La Confédération refuse de faire pression sur les cantons pour qu'ils "mettent le turbo", comme demandé par le conseiller aux Etats Didier Burkhalter.


Le rythme de progression des préparatifs "n'est pas adapté à la situation", a estimé le radical neuchâtelois, insatisfait de la réponse du Conseil fédéral à son interpellation. La Confédération se réfugie derrière la constitution pour ne pas fixer d'échéance aux cantons. Or il lui serait possible de négocier un calendrier et d'élaborer une convention de principe "à la française", a-t-il fait valoir devant la Chambre des cantons.

Et de citer le dernier exemple en date d'activation de l'alerte enlèvement dans l'Hexagone. Grâce à ce système, un bébé disparu d'une maternité le 9 décembre "a été retrouvé moins de 24 heures plus tard".

Ces critiques n'ont pas ébranlé Eveline Widmer-Schlumpf. Il n'est pas question pour elle de passer outre les règles du jeu en matière de répartition des compétences entre la Confédération et les cantons.

La ministre de justice et police a rappelé que le groupe de travail institué par les cantons en vue de la création en Suisse d'une alerte enlèvement devrait rendre sa copie en 2010. Un premier rapport intermédiaire est prévu mi-2009, selon elle.

Mme Widmer-Schlumpf a précisé que plusieurs points, notamment techniques, restent ouverts. Les acteurs impliqués, y compris les CFF et les opérateurs téléphoniques, ont encore besoin de temps pour accorder leurs violons.

Les Etats-Unis connaissent l'alerte enlèvement depuis une décennie, la France depuis début 2006. En Suisse, deux motions et une pétition ont été déposées pour améliorer la procédure en cas de disparition d'enfant après l'affaire de la petite Ylenia en juillet 2007.

Nos politiciens continuent à faire comme si la volonté populaire n’avait pas de pouvoir sur nos institutions !  La leçon de la marche blanche n’a pas suffit !

Faudra-t-il que le peuple, une fois encore, lance une initiative pour avoir du gouvernement ce que les électeurs/trices réclament depuis trop longtemps !

Madame Widmer-Schlumpf s’était plainte de la difficulté pour elle de légiférer dans le cas des criminels pédophiles, pourquoi donc cherche-t-elle à se mettre dans une pareille situation dans le cas des alertes enlèvements ? Que le gouvernement arrête de se cacher derrière des fausses excuses comme la répartition des tâches. Nos élus doivent avant tout faire ce que le peuple lui demande de faire. Ils nous demandent régulièrement de les mandater pour cela !

 

 

 

11:30 Publié dans Suisse | Tags : cf, udc, prd, ps, pdc | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.