13/12/2008

Diplômés hors UE/AELE: ils pourront plus aisément rester en Suisse

Les étrangers hors UE/AELE dotés d'un diplôme universitaire pourront plus facilement rester en Suisse. Le Conseil fédéral a décidé qu'ils pourraient être admis aussi pour des raisons économiques, et non seulement scientifiques.

Le gouvernement a modifié l'ordonnance idoine, en parallèle à la fixation des contingents 2009 de permis de séjour à l'année, soit 4000, et de courte de durée, 7000, pour les travailleurs hautement qualifiés provenant de pays ne faisant pas de l'Union européenne ou de l'AELE.

Il a par ailleurs fixé un contigent transitoire pour la Roumanie et la Bulgarie: 282 permis à l'année et 1006 permis de courte durée pour les deux.

 

N’est-ce pas là une décision contraire à l’aide qu développement ? Sans le dire, il est clair que les diplômés visés viennent de pays en voie de développement. De pays qui ont le plus grand besoin de ces cerveaux. De pays qui souvent financent les études de ces jeunes qui finalement préfèrent rester dans un confort occidental. C’est compréhensible mais contraire à l’aide au développement.

A quoi sert d’aider des pays pauvres si l’on permet au gens que l’on forme pour que les pays concernés sortent de la misère, de rester ici. Dans ce cas, l’aide ne serait-elle pas qu’un alibi ?

 

 

Les commentaires sont fermés.