12/12/2008

Le Parlement met sous toit la fonte des rentes du 2e pilier

Les rentes du 2e pilier risquent de fondre de près de 10% d'ici à 2015. Le Conseil des Etats s'est rallié à l'unanimité au National en réduisant le taux de conversion à 6,4%. Mais le Parti du travail a décidé de saisir le référendum.


Ce taux est actuellement de 7,05% pour les hommes et de 7,1% pour les femmes. Une personne ayant accumulé au cours de sa vie active un capital de prévoyance professionnelle de 100'000 francs touche ainsi une rente annuelle de 7050 francs, respectivement 7100 francs. Avec la réforme, elle ne touchera plus que 6400 francs.

L'adaptation se fera par étapes sur cinq ans, entre début 2010 et fin 2014. Avec la décision du Conseil des Etats, le Parlement a mis sous toit la révision de la loi sur la prévoyance professionnelle.

Le dernier mot sur la baisse du taux de conversion pourrait néanmoins revenir au peuple. Le Parti suisse du travail PST-POP va lancer le référendum: la baisse est inadmissible, a justifié son secrétaire national Leonardo Schmid.

L'aboutissement du référendum n'est pas acquis. Scandalisée par le coup au porte-monnaie des rentiers, l'association de défense des retraités Avivo participera activement à la récolte des signatures, mais l'Union syndicale suisse et Travail.Suisse ne sont pas très chauds. Hostiles à la baisse du taux de conversion, les faîtières syndicales invoquent un contexte financier défavorable à un référendum.

Les syndicats ne veulent pas participer, pour de soi-disantes raisons financières, à la récolte de signatures pour le référendum contre la baisse du taux de conversion des futurs rentiers du 2ème pilier. Dans ce combat il est navrant de ne voir que le PST et le POP aller à la bataille. Le PS et le PDC qui ne cessent de dire vouloir défendre les familles, les salariés et les bas revenus auraient eu là l’occasion de lutter pour une juste cause. Ils préfèrent s’en abstenir !

Les compagnies d’assurances principales intéressées à cette baisse puisqu’elles vont en profiter au 1er chef, avaient elles-mêmes fixés les taux de conversion grâce à leurs actuaires dont c’est justement le métier. Le parlement leur faisant ce cadeau, elles seraient  stupides de ne pas en bénéficier.

Je suppose que beaucoup de salariés sauront se souvenir de qui vient le soutien lorsqu’ils sont les principaux perdants (ou gagnants si le référendum abouti et qu’il gagne le scrutin) de cette décision du parlement.

 

 

09:00 Publié dans Economie | Tags : parlement, udc, prd, ps, pdc | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.