03/12/2008

Les gardiens de la prison de Champ-Dollon au bout du rouleau

Les gardiens de la prison de Champ-Dollon (GE) sont à bout. Ils ont manifesté devant l'établissement pour dénoncer la déterioration de leurs conditions de travail et le peu de reconnaissance du Conseil d'Etat à leur égard.


Les manifestants ont installé un immense cadenas factice devant le portail de la prison, empêchant quiconque d'entrer. Ils ont levé leur siège à 10h30. Ils ont toutefois averti que d'autres actions plus musclées seraient entreprises si le gouvernement continuait à ignorer leurs revendications.

"Le ras-le-bol est total", a souligné un manifestant. Actuellement, la prison abrite environ 470 détenus, alors que le bâtiment a été conçu pour n'en accueillir qu'au maximum 270. Or, à partir de 350 détenus, l'établissement devient une poudrière, a fait remarquer un gardien.

Une prison qui déborde génère de nombreux problèmes. La promiscuité provoque des tensions. Les gardiens n'arrivent plus à prêter une oreille attentive aux prévenus. Une place de travail, c'est six mois d'attente, a relevé un manifestant. Il y a neuf douches pour une centaine de détenus.

Les gardiens demandent à être reçus par une délégation du Conseil d'Etat dans les plus brefs délais. "On se moque de nous en nous promettant des améliorations pour 2011. C'est bien trop tard", a relevé un surveillant. En 20 ans, il affirme avoir perdu environ 1500 francs de pouvoir d'achat à la fin de chaque mois.

 

Les gardiens de prisons devraient, afin de sensibiliser la population genevoise aux problèmes auxquels ils doivent faire face, organiser une journée porte ouvertes. Même si le nombre de visiteurs n’atteint pas ce qu’ils peuvent espérer, une grande partie de leurs problèmes seraient résolus……….

 

 

Les commentaires sont fermés.